Rencontre avec Laure Galvez, formatrice en CNV, médiatrice et coach

C’était un beau week-end d’avril 2014. Il y a plus de 5 ans donc (pfiouuuu ! déjà !). Une journée de Forum ouvert organisé par Colibris sur le thème de l’éducation et de la « CNV » ?! … 

Des échanges enflammés, des rencontres qui créent des liens, des propositions pour aller plus loin… Parmi elles, celle de participer à un groupe de pratique de Communication Non Violente (la CNV pour les intimes ^^). Une soirée par mois pendant un an. Le nombre de places était limité, le deal était de s’engager à l’année. Pfffffffffffff…

J’ai hésité. Vraiment. Ca faisait un moment que j’entendais parler de cette approche, et surtout, je connaissais des personnes qui s’étaient formées et honnêtement… ça me faisait flipper ! Je trouvais que leur manière de parler et d’écouter était vraiment bizarre, pas “naturelle”. J’avais parfois l’impression d’avoir affaire à des robots, des personnes dans le contrôle de leurs réactions, de leurs émotions.

Mais j’avais aussi croisé des personnes qui “pratiquaient la CNV” et avec qui j’avais adoré parler. Je m’étais sentie vraiment écoutée, comprise. Et au delà de la communication, surtout, j’avais l’impression qu’elles étaient bien dans leurs bottes, bien dans leur vie. Elles me donnaient une impression de sérénité, de puissance et d’ancrage. Tout ce que je cherchais pour moi, justement. Et c’était l’une d’elles qui proposait d’animer ce groupe de pratique.

J’ai hésité jusqu’au dernier moment et puis finalement j’y suis allée. Aujourd’hui je peux dire que c’était l’une des décisions les plus importantes de ma vie. L’air de rien comme ça. C’est fou d’ailleurs comme des décisions a priori anodines peuvent avoir un tel impact !

C’est ce qui m’a permis de trouver des solutions aux crises qui me bloquaient, qui m’a donné l’élan de quitter mon job et de lancer mon activité, de revoir mon implication dans mes projets associatifs… 

Alors quand on me dit, comme je l’entends parfois, que la CNV c’est un truc pour les bisounours… Les gens qui sont gentils avec tout le monde et qui s’écrasent… je peux te dire que c’est complètement à côté de la plaque.

On en parle justement dans cette vidéo avec Laure Galvez, qui est formatrice en CNV, médiatrice et coach.

Après 3 ans de pratique, alors que je me formais avec l’intention de moi aussi devenir formatrice (je pourrais te dire pourquoi j’ai changé d’avis si ça t’intéresse, dis-le moi), j’ai rencontré Laure au cours d’une formation qu’elle animait. Le contact est super bien passé, on est restée en lien. Et puis j’ai eu envie de l’interviewer, pour qu’elle puisse partager SA vision de la CNV. Et surtout pourquoi écouter nos émotions peut nous aider à mieux contribuer au monde.

Dans cette interview, Laure nous partage :

  • pourquoi prendre soin de soi et de ses blessures n’est pas un acte égoïste mais une vraie responsabilité sociale
  • comment sortir de cette dualité “soit je suis en lutte, soit je suis dans la soumission”
  • pourquoi la CNV est tout sauf un truc de Bisounours 
  • comment faire pour utiliser cette approche lorsque nous sommes en relation avec des personnes qui ne font pas de CNV
  • comment elle fait pour trouver son équilibre entre donner et prendre soin d’elle.

J’espère que cette interview t’aidera à y voir plus clair sur la place de tes émotions dans tes relations !

Tu me diras ?

En attendant, voici une liste d’articles qui parlent de CNV et des émotions pour aller plus loin :

 

Bienvenue !
Je suis Lidy. J’accompagne les femmes passionnées et engagées, qui veulent changer le monde et kiffer leur vie grâce à leurs projets !
Je suis facilitatrice de projets coopératifs et mentore pour entrepreneures multipotentielles.
En Savoir Plus sur moi

Laissez un commentaire





Avertis-moi par mail si quelqu'un répond à mon commentaire. Tu peux également t'inscrire sans commenter.

odio ut quis, felis dapibus velit, pulvinar ut at adipiscing venenatis,
1 Partages
Tweetez
Enregistrer1
Partagez
Partagez