Mon projet évolue : je change de nom ou pas ? Mon retour d’expérience – Partie 2

PARTIE 2 : COMMENT CHANGER DE NOM DE PROJET

Dans l’article précédent, je t’ai partagé pourquoi j’ai décidé de changer le nom de mon activité, La petite fourmilière, après 3 ans ½ de bons et loyaux services.

Ici, je vais te raconter la suite : comment j’ai “trouvé” un nouveau nom (La forêt qui pousse) et les étapes pour faire la transition entre l’ancien nom et le nouveau. Autant savoir où on met les pieds !

J’espère que ça t’aidera si tu te envisages de changer le nom de ton activité. 😉

Première étape : clarifier ce qu’est mon activité, sa singularité (sa raison d’être)

Première étape avant de commencer à réfléchir à un nom ou à un logo : c’est quoi, la raison d’être, la définition de mon activité ? 

Je sais que ce n’est pas toujours limpide. Surtout lorsqu’on s’intéresse à plein de choses et que nos centres d’intérêt évoluent en permanence. Pour y voir plus clair si tu es dans ce cas :  je te recommande vraiment de clarifier le fil rouge qui relie ce qui te passionne.

Voilà quelques-unes des questions que je me suis posé :

  • qu’est-ce qui fait que le nom “La petite fourmilière” n’est plus aligné avec ce que je fais ?
    (Je réponds à cette question dans la première partie de ce retour d’expérience.
  • quel est le message que porte mon activité ?
  • en quoi ce que propose mon activité est unique, différent de ce qui existe ailleurs (et complémentaire d’ailleurs ^^) 
  • comment je la vois évoluer dans les mois/années à venir, qu’est-ce que je pressent ?

Deuxième étape : laisser émerger le nouveau nom

Alors là… j’avoue que c’est l’étape qui a été la moins confortable pour moi. Celle qui m’a demandé pas mal de lâcher prise. 

Parce que là… ça tombe quand c’est mûr !

Mais heureusement, certainement choses permettent d’aider le fruit à mûrir !

Pour ma part, voilà ce qui m’a aidée :

  • faire un sondage auprès de mes clientes
    (In fine aucun des noms proposé n’a été choisi ! Mais ça m’a permis de clarifier ce qu’était mon activité et ce qu’elle n’était pas) Encore un grand merci pour tout ces retours !
  • faire une séance de “rêve éveillé” avec Soazig Hernandez pour clarifier ma vision et ce qui est important pour moi aujourd’hui.
  • Me lâcher la grappe, pour laisser venir l’inspiration, sans pression.
  • M’autoriser à ne pas y penser pendant plusieurs jours/semaines… et ne pas me donner de date butoir (même si au fond de moi je sentais que ce serait prêt pour la rentrée, ce qui a été le cas.)

A chaque fois que j’avais une nouvelle idée de nom, je faisais 3 choses :

  • 1- vérifier si le nom de domaine, pour le site internet, était libre ^^
  • 2- en parler A DES PERSONNES QUI SONT DES CLIENTES, ANCIENNES CLIENTES, CLIENTES IDEALES (= celles avec qui je veux travailler)
    J’insiste là dessus car nous avons chacun nos filtres et nos avis.
    Et demander son avis à quelqu’un que tu ne veux pas avoir comme client n’est non seulement pas utile, mais peut aussi être contr
    e-productif. Imagine par exemple que ton nom utilise une métaphore qui parle aux femmes qui portent des projets écolo et engagés (je prends un exemple ^^), et que tu demandes son avis à quelqu’un qui n’est ni écolo, ni engagé, ni porteuse de projet… elle va sans doute te dire qu’elle ne comprend pas. Oui, sauf qu’en fait… ce n’est pas à elle que tu t’adresses.
  • 3- prendre le temps de sentir comment ça résonne en moi
    Au delà de ce que me disent les autres. Et quand je dis “prendre le temps”, je sais que ce n’est pas toujours super confortable, mais franchement, c’est super important de dormir dessus plusieurs jours pour laisser décanter.

Troisième étape : l’identité graphique

Bon, quand on pense identité graphique, on pense logo.
Mais pas que ! C’est aussi tout l’univers qui va autour, et notamment les couleurs, les images et les typo utilisées. (voire les animations, musiques et sons dans le cadre de vidéos montées)

Avant de “choisir” la personne qui allait faire mon logo (qui était déjà toute trouvée puisque je travaille déjà avec elle…), je me suis posé quelques questions, dont celles-ci :

Quelles sont les valeurs de mon activité ?
Celles qui sont reconnues par mes clientes, qui sont importantes pour moi, que je veux encore davantage développer ? Quels sont les mots qui expriment ça ?

Clairement, ce qui est ressorti, c’est :
écologie
bienveillance
authenticité
pédagogie
légèreté
humanité
coopération
énergie
clarté
confiance

Ensuite, je me suis demandé ce qui permettait de transcrire, graphiquement, ces valeurs.

Voilà quelques exemples :
écologie : couleur verte, visuels dessinés ou photos illustrant la nature
clarté : fond blanc, texte aéré
énergie : jaune-orangé sur fond blanc (ça tombe bien, c’est ma couleur préférée)
humanité : typo manuscrite, illustrations au tracé “dessiné”

C’est vraiment un chouette exercice à faire, que je propose à mes clientes lorsqu’elles travaillent sur leur identité graphique.

Ca permet d’arriver vers son graphiste avec un brief clair. Et ça, c’est vraiment précieux !

J’ai ensuite passé le relais à Liane, qui est spécialisée dans la création d’illustrations pour projets écologiques, qui est donc la maman du logo de La forêt qui pousse.

Pour moi c’est essentiel d’avoir un super feeling avec la personne qui va faire le logo de mon activité. Et notamment d’avoir un vrai coup de coeur (mais vraiment, pas un vague “pas mal”) pour ce qu’elle a fait auparavant.

Une fois le logo choisi, parmi plusieurs propositions, et éventuellement affiné, il reste à le décliner.

Bon, moi, je l’ai fait au fur et à mesure. Je sais que les puristes me diront que tout doit être réfléchi en amont (oui oui, j’ai fait des études de comm, je sais ce qu’on apprend à la fac, mais dans la vraie vie on n’a pas que ça à faire alors… Et ça marche super bien aussi je trouve !)

Donc j’ai ensuite décliné pour les posts sur les réseaux sociaux, avec l’aide de Maud, qui bosse avec moi sur la diffusion de ma communication.

Idem ensuite avec Jean-Christophe pour le montage des vidéos d’interviews de femmes inspirantes (on est dessus là d’ailleurs !).

Quatrième partie : la technique

Arrive ensuite la partie la moins funky pour moi (c’est là que j’ai délégué au maximum, je sais que d’autres que moi kiffent, alors se répartir le boulot comme ça) :

  • Réserver le nouveau nom de domaine
  • faire une redirection de l’ancien nom de domaine vers le nouveau
    Changement de DNS qu’ils disent je crois.
  • changer les “méta-données”
    Pour remplacer l’ancien nom par le nouveau sur le site. (et accepter que pendant un temps ça se chevauche un peu.)

Voilà voilà… 

Cinquième étape : l’annonce

C’est là que mon petit coeur a palpité bien fort ! Avec tout un tas de peurs mélangées à tout plein d’impatience de savoir si ça allait vous plaire autant que ça me plaisait. 

En parallèle, j’ai annoncé ce nouveau nom à ma communauté.
D’abord à mes clientes chéries.
Puis à mes abonnées, celles qui lisent les petits mots que je leur envoie 3-4 fois par mois.
Et enfin, plus largement, sur les réseaux sociaux.

A propos des réseaux sociaux

Bon, dans mon cas, ça faisait quelques semaines (mois ??) que ma page Facebook était très limitée (disons-le : bloquée) et qu’il n’était plus possible de partager d’articles du blog. Je te passe les détails relous, des centaines de messages envoyés, aucun retour de Facebook. Merci les gars !

Du coup ma décision a été facile à prendre : j’ai créé une nouvelle page, au nom de La forêt qui pousse, et prévenu du changement de page sur celle de La petite fourmilière.
Avec des posts réguliers pendant un mois environ. Et en mettant l’info en bannière de page.

S’il n’y avait pas eu ce blocage j’aurai simplement changé le nom de la page. Mais là c’était le mieux à faire. Le plus léger disons.

Alors évidemment j’ai “perdu” des abonnés. Mais je trouve que c’est au contraire une opportunité de repartir avec une communauté active et intéressée par ce que je propose aujourd’hui, qui est sensiblement différent de ce que je faisais il y a 3 ans ½.

J’ai également prévenu du changement de nom sur mes autres réseaux sociaux et fait les changements de nom (et connexion avec mon site Internet. Pas compliqué à faire).

Un bon vieux bandeau d’annonce sur Youtube, c’est parfait !

Voilà ce que je peux te partager !
C’était un peu de taff, oui. Mais quand je vois l’énergie que ça me donne, et les retours que j’ai… je le referai sans hésiter !

Et toi, tu penses à changer le nom de ton projet ?
Tu l’as déjà fait ?

N’hésite pas si tu as des questions, je te répondrai avec plaisir !

 

Bienvenue !
Je suis Lidy. J’accompagne les femmes passionnées et engagées, qui veulent changer le monde et kiffer leur vie grâce à leurs projets !
Je suis facilitatrice de projets coopératifs et mentore pour entrepreneures multipotentielles.
En Savoir Plus sur moi

2 commentaires

  1. Isabelle sur 13 octobre 2019 à 11:36

    Salut Lidy,
    Je suis fan de ton travail ! Merci de tes partages si détaillés. C est très encourageant pour moi.

    J ai remarqué que dans la rubrique «présentation de l’équipe»,’ il est écrit qu Oxalys accompagne «La petite fourmilière». Un oubli ou une précision à apporter…

    Bien amicalement,

    Isabelle DAVID

    • Lidy sur 14 octobre 2019 à 9:44

      Coucou Isa,
      Merci pour ton message, il me va droit au cœur, c’est important pour moi de savoir que ce que je partage trouve écho.
      Et merci pour l’info sur la page ! On a fait le tour du site et du blog avec Maud, mais c’est possible qu’il en reste encore d’autres par ci par là !
      Tiens d’ailleurs c’est un ajout à cet article : prévoir de faire le tour du site/blog, en mode « chasse au trésor », et avec plein d’yeux, c’est plus facile 😉
      Et accepter que tout ne soit pas parfait !
      A bientôt ! Je t’embrasse

Laissez un commentaire





Avertis-moi par mail si quelqu'un répond à mon commentaire. Tu peux également t'inscrire sans commenter.

ipsum libero. id tristique dolor. mi, Lorem
7 Partages
Tweetez
Enregistrer1
Partagez6
Partagez