Les 4 rôles complémentaires pour que ton projet dépote !

A force d’accompagner des personnes qui développent des projets éthiques et leurs équipes, d’en créer et rejoindre aussi, je me suis rendu compte de quelque chose :
Peu importe qu’il s’agisse d’un projet solo ou collectif,
à but lucratif ou pas,
en lien avec l’éducation, l’alimentation, la santé, l’entreprenariat, la réduction des déchets, le développement personnel…
Systé-ma-ti-que-ment, les 4 mêmes rôles complémentaires reviennent !

C’est en bossant sur des projets coopératifs (écoles alternatives, groupements d’achats, habitats partagés ou tiers-lieux…) que j’ai commencé à voir apparaître ces 4 rôles, souvent portés par différentes personnes dans l’équipe… Avant de me rendre compte qu‘ils se retrouvaient aussi chez les entrepreneurs « solo » que j’accompagne. (qui souvent occupent un peu tous ces rôles à la fois – d’où la fatigue et l’impression de se disperser qui se ressentir… )

Parfois ces rôles sont assumés consciemment (et avec plaisir !), et parfois ils sont délaissés, faute de temps, d’énergie… ou d’intérêt…

Ca m’a donné envie de creuser cette piste pour voir si elle pouvait nous être utile, aux personnes que j’accompagne et forme… et à moi-même !

Autant te dire que mon côté monomaniaque, qui adore s’activer à chaque fois que je découvre un nouveau sujet à défricher, était RA-VI !

Et là… j’ai constaté qu’il n’y avait pas grand chose de documenté à ce sujet. Ce qui, bien sûr… m’a encore plus donné envie de creuser mon observation et mon analyse !

Une histoire de complémentarité

C’est une discussion avec mon compagnon, Seb, qui m’a aidée à formaliser ce que j’avais en tête.

J’étais alors en pleine préparation de la rentrée de notre école alternative, La chrysalide, pour la partie dont je m’occupe : la vie coopérative entre les parents.
Seb y avait lancé 2 ans avant un groupement d’achats de produits en vrac (farine, sucre, lessive, …).
L’objectif alors était double :

  • mutualiser nos courses à plusieurs pour se faciliter la vie (nous habitons à 30 minutes du magasin bio le plus proche)
  • apporter de l’argent à l’école en achetant en vrac et en grosses quantités, moins cher qu’en magasin bio, puis revendre au détail, en margeant un peu pour rester un peu en dessous des prix pratiqués en magasin. (chaque année, nous les parents, nous avons une somme à trouver, collectivement, pour boucler le budget. C’est ce qui nous permet d’avoir des frais d’inscription plus bas que la majorité des écoles alternatives)

Il s’était inspiré de ce qui fonctionne bien parmi les milliers d’initiatives qu’il aide à se développer grâce à Cagette.net, la plateforme de vente en circuits-courts qu’il a cofondé, et du groupement d’achats que nous avions lancé il y a quelques années au Petit grain, notre café associatif de l’époque.
Puis il a lancé et fait vivre cette idée. Au bout de 2 ans, il a senti que « ça roulait », qu’il avait envie de passer le relais, pour se dégager du temps, de l’énergie (et de la charge mentale !) pour défricher une nouvelle idée à développer pour La chrysalide.

Sauf que… jusqu’à présent, il avait avancé « au feeling », en débroussaillant les idées et les problèmes au fur et à mesure qu’ils se présentaient… et qu’il ne ne se sentait pas tellement dans l’énergie de structurer touuuuuuuuuuuut ça pour passer le relais.

Coup de pot, juste en face de lui, il avait quelqu’un qui adore arriver à cette étape du projet (moi.) ! J’avais repéré 2 parents de l’école déjà bien investis dans le groupement d’achats, à qui j’ai proposé de prendre le relais, avec tuilage, et passage de relais en bonne et due forme.

Le deal : vous reprenez le bébé pour le faire grandir.
On va vous expliquer les coulisses de l’organisation précédente, et après, vous faites à votre sauce. Ce qui compte, c’est que le projet perdure, grandisse et que ça roule au quotidien (dans la joie et la bonne humeur, bien sûr !)

Et ça a été un grand OUI ! 🙂

Dans cette histoire, on a vu apparaître les fameux 4 rôles complémentaires que je détaillerai juste après :

  • Le pionnier
  • L’explorateur
  • L’organisateur
  • Le gardien

Tu les as repérés ?
Maintenant, on va creuser un peu plus à quoi correspondent ces 4 rôles. Et comment les occuper efficacement et sainement.

Petite précision : ce que ces rôles ne sont PAS

Avant de commencer, je tenez à préciser quelque chose de très important :

Il ne s’agit PAS de cases dans lesquelles s’enfermer ! Je répète : ne s’agit PAS de cases dans lesquelles s’enfermer ! (je déteste ce genre d’approches)

Il ne s’agit pas non plus de dire que toi, tu ES pionnier, gardien ou autre.
Il se trouve que selon les projets,
selon les moments,
selon les personnes aussi autour de toi,
tu vas te rendre compte que tu occupes tel ou tel rôle.

Néanmoins, je constate que nous avons tous et toutes des rôles qui reviennent plus ou moins souvent. Soit parce qu’on s’est habitués à les prendre et qu’on vient nous chercher là (ahhh la force des habitudes !)… Soit parce qu’on les kiffe, tout simplement et que c’est ce qu’on fait avec le plus d’énergie. (moi j’ai clairement les miens, j’en parlerai dans la suite de cet article).

Ca m’intéresse d’ailleurs que tu me partages en commentaire ce que tu observes chez toi à ce propos !

Ceci étant dit, on peut commencer les présentations officielles !

Le pionnier

Les 4 rôles complémentaires dans un projet - le Pionnier

Alors lui, il est facile à repérer !
C’est celui qui a la vision du projet, qui impulse. Aventurier, curieux, il va défricher tout ce qu’il peut pour avancer.

L’énergie du FEU

Très clairement, le pionier est dans une énergie de feu. Je l’associe à une comète, qui part rapidement très vite, très haut, mais qui peut avoir du mal à tenir la distance. (du moins au même rythme… logique, va courir un marathon au rythme d’un sprint !).

Je reçois en accompagnement E-NOR-ME-MENT de personnes qui sont/étaient dans un rôle de pionnier et qui se sont littéralement cramés en essayant de tenir le rythme à tout prix.

Mes recommandations pour te mettre au service de ton projet sans t’épuiser si tu occupes un rôle de Pionnier

  • Déjà… reconnaître ton rôle, et l’assumer ! (donc assumer aussi de prendre certaines décisions, en arrêtant de vouloir ménager la chèvre et le chou).
    Parce que, même dans un projet coopératif, qui se veut horizontal, chacun a sa place propre, et le fondateur notamment.
    Peter Koenig, qui travaille également depuis longtemps sur la relation à l’argent, a beaucoup creusé et transmis à propos de ce rôle, qu’il appelle « la personne source« .
    Et souvent aussi, regarder en face touuuuuuus les rôles que tu occupes, ça permet de voir tout ce qui est fait. (plutôt que tout ce qui N’est PAS fait. Tu vois ce que je veux dire ? ^^)
  • Accepter que tu ne peux pas être partout, tout savoir, tout faire, répondre (oui) à toutes les demandes. (même si tu es plein.e d’énergie, bien sûr !)
    Pour ça, ce qui va énormément t’aider, c’est de réserver des temps « off » dans ton agenda. Et d’avoir une pratique (yoga, méditation…) qui te permet de revenir au corps, pour entendre ses messages avant de dépasser la ligne rouge. (c’est le sujet du prochain article, ça tombe bien !)
    Très important aussi : apprendre à arrêter de dire OUI, quand, au fond de soi, on sent bien que la bonne réponse, c’est NON, ou « Pas maintenant » ou « Pas comme ça »…
    Ca veut dire accepter que ta réponse puisse décevoir… Eh oui, c’est la vie !
  • FE-DE-RER !
    Apprendre à s’entourer des bonnes personnes. Celles qui ont des talents, des compétences complémentaires aux tiennes tout en partageant ta vision, ton approche et tes valeurs. (ce qui suppose d’être au clair sur ton projet -sa raison d’être – et tes propres talents…^^).
  • Apprendre à passer le relais, à se décharger, au fur et à mesure de l’avancée du projet. Important pour continuer à défricher ou passer à un autre projet. (plutôt que tout porter à bout de bras ou partir en claquant la porte sans passer le relais)

L’organisateur

Les 4 rôles complémentaires dans un projet - l'Organisateur

Bon… là, c’est assez simple aussi !
L’organisateur, c’est celui qui aide le pionnier à franchir de nouveaux cap. Avec lui, on passe d’une nécessaire approche expérimentale (et souvent intuitive) à quelque chose de plus structuré.

Il permet de prendre de la hauteur, pour définir une stratégie, organiser les actions, l’agenda, prioriser. Et, en collectif, de répartir les rôles, faciliter les réunions, fluidifier le passage d’information…

Encore une fois, on peut avoir la casquette de Pionnier et d’Organisateur, et jongler de l’une à l’autre.

L’énergie de l’EAU

L’organisateur est un véritable fluidificateur. Son rôle, faire en sorte que ça roule et que la rivière puisse devenir un fleuve qui envoie !

Mes recommandations pour te mettre au service de ton projet sans t’épuiser si tu occupes un rôle de d’Organisateur

  • Place-toi dans une posture de « facilitateur ». Aide chacun à prendre ses responsabilités, plutôt que de faire « à la place » des autres. (même si, je le sais « ça va aller plus vite » si tu le fais toi-même. Ainsi tu donnes la bonne habitude aux personnes avec qui tu travailles de s’engager et de se responsabiliser.)
  • Accepte que tout ne soit pas parfait. Que le projet soit un « work in progress » permanent avec… il faut le dire, du bordel dans certains coins. Et c’est OK ! C’est comme à la maison (sauf si tu vis dans une maison témoin ^^)
  • Sois à l’écoute des besoins du projet et des personnes qui en font partie. C’est essentiel pour garder une organisation légère, vivante et agile.) (et éviter de basculer dans un truc rigide qui bloque le projet plutôt qu’il ne l’aide à se déployer.
  • Et comme pour le leader : accepte que tu ne peux pas être partout. Ni tout savoir, tout faire, répondre (oui) à toutes les demandes. Pour ça, ton rôle n’est pas de tout porter, mais de faire en sorte que chacun trouve sa place.
    Pour toi aussi (et pour tout le monde, évidemment), il va être important de te réserver des pauses pour débrancher du mental, revenir au corps (pour ça, le yoga, la méditation ou la sophrologie sont top !)
  • Egalement comme le leader, tu vas avoir besoin de fédérer des personnes qui partagent une même vision. ET qui se complètent les unes les autres (et faciliter la coopération entre eux !)

L’explorateur

Les 4 rôles complémentaires dans un projet - l'Explorateur

Alors lui… Parfois on se demande s’il fait vraiment partie du projet. C’est un papillon, peu engagé dans le quotidien du projet. Ses interventions peuvent, au choix, être prises de haut (« de quoi tu me parles, toi qui ne fous rien ici ») ou au contraire très appréciées car elles apportent un nouveau regard.
Généralement porté par des personnes curieuses et éprises de liberté, le rôle de l’Explorateur créé des ponts entre les projets. Mais aussi entre les personnes et les idées. C’est lui qui apportera le retour d’expérience de projets voisins, qui fera rencontrer de nouvelles personnes ou de nouvelles façons de faire.

L’énergie de l’AIR

Quand je pense à l’explorateur, je pense à un papillon. J’en ai rencontré un bon paquet dans mes différents projets. A chaque fois, l’image qui me vient est celle d’un papillon.

Mes recommandations pour te mettre au service de ton projet sans t’épuiser si tu occupes un rôle d’Explorateur

  • Si tu es en collectif :
    être très clair, vis à vis des autres, sur ton rôle et ton implication dans l’équipe.
  • Si tu es dans un projet « solo » :
    mettre en place une organisation qui te permet de faire de la place à ta casquette d’explorateur sans te frustrer ni te mettre en insécurité. (financière, notamment, si tu es entrepreneur.e)

Le gardien

Les 4 rôles complémentaires dans un projet - le Gardien

Le gardien, c’est vraiment lui qui fait vivre le projet au quotidien. C’est lui qui est sur le terrain, qui accueille, s’occupe de la logistique, pilote, coordonne. Mais aussi entretient, développe le projet d’un point de vue très pratico-pratique.

L’énergie de la TERRE

Avec le gardien, on est dans l’ancrage, le concret, et souvent la durée. (difficile quand, dans une équipe il y a un fort turn-over du côté de ce rôle !). Avec lui, on est dans une énergie stable, riche, propice à l’éclosion de nouveaux projets, comme la terre.

Mes recommandations pour te mettre au service de ton projet sans t’épuiser si tu occupes un rôle de Gardien

  • Place-toi dans une posture de « facilitateur ». Aide chacun à prendre ses responsabilités, plutôt que de faire à la place des autres.
  • Accepte que tu ne peux pas être partout et que tout ne soit pas parfait
  • Sois à l’écoute des besoins du projet et des personnes qui en font partie pour garder une organisation légère, vivante et agile.
  • Réserve-toi des temps de pause, où tu n’es pas joignable, et offre-toi une pratique régulière (yoga, méditation…) pour prendre soin de ton corps et entendre ses éventuels messages d’alerte.

Pour conclure…

Est-ce que tu as reconnu des rôles que tu occupes régulièrement (ou que tu détestes) ?

Personnellement, je suis (TRES) souvent dans le rôle du Pionnier, même sans lancer les 1 000 idées à la minute que j’ai.

Et je suis aussi TRES TRES TRES souvent dans un autre rôle que j’adore : celui de l’Organisateur. C’est d’ailleurs principalement ce que je fais dans les accompagnements et formations que je propose ici.

S’il m’est arrivé d’être également dans un rôle d’Explorateur, pour le coup, j’ai beaucoup beaucoup de mal à tenir un rôle de Gardien dans la durée (je m’ennuie vite, j’ai besoin de passer à autre chose, et entrer dans les détails du quotidien peut vite… m’ennuyer !)

Voilà pour moi !
Et toi ? J’ai hâte de te lire en commentaire !

Tu peux partager largement cet article si tu connais des personnes qu’il peut aider (merci pour elles !)

 

 

Bienvenue !
Je suis Lidy. J’accompagne les femmes passionnées et engagées, qui veulent changer le monde et kiffer leur vie grâce à leurs projets !
Je suis facilitatrice de projets coopératifs et mentore pour entrepreneures multipotentielles.
En Savoir Plus sur moi

6 commentaires

  1. Grâce sur 14 octobre 2020 à 10:10

    Hello Lidy, je me remets à la lecture des tes articles que je trouve très riches. Cet article, comme souvent tombe à pic !
    Je reconnais que je me vois souvent dans les rôles de pionner et d’explorateur.
    Les costumes d’organisateur et de gardien me conviennent uniquement sur des courtes ou même très courtes périodes.

    • Lidy Zulke-Trokhatcheff sur 14 octobre 2020 à 4:46

      Hello Grâce, MERCI pour ton message. Ravie que cet article t’ait plu ! (ça ne m’étonne pas tellement que les rôles d’organisatrice et de gardienne ne te parlent ahah !)

  2. Julia sur 13 octobre 2020 à 9:50

    Bonjour Lidy ! Je lis très régulièrement ton site et tes newsletters, et cette approche est vraiment passionnante, je la fais beaucoup suivre autour de moi. C’est drôle car j’ai eu le sentiment de me reconnaître particulièrement dans le rôle de l’explorateur, du « papillon »… et ai du coup été un peu frustrée que ce rôle-là soit moins développé que les autres! 😉 Ce serait intéressant d’en discuter! Il me semble que c’est un rôle à plusieurs richesses : effectivement clairement la mise en connexion des gens et des idées, la capacité à proposer différentes ressources utiles glanées à différents endroits, et qui peuvent apporter des pistes de réflexion, si ce n’est des solutions; que cela implique une écoute profonde des besoins propres de chacun, une habitude de rebondir sur les idées et échanges à défaut d’en être initiateur. Une adaptabilité forte qui entraîne aussi une fragilité, c’est vrai, et ce sentiment de dispersion dont tu parles plus haut! Je crois que tu as raison sur la nécessité d’organisation, et ça me donnerait envie de creuser ce point… (si j’y réfléchis un peu, certaines choses me viennent : organiser les ressources? Aller au devant des besoins / des personnes pour lesquels on pourrait être utile, et assumer un rôle aidant? Se créer des moments dédiés? Accepter la remise en question que cela entraîne souvent, qui ne se pose pas sur des repères acquis?…)
    Enfin, merci car tu me fais souvent réfléchir et faire un pas de côté, c’est enrichissant!

    • Lidy Zulke-Trokhatcheff sur 14 octobre 2020 à 5:00

      WOW, merci pour ton message, Julia ! Je suis heureuse de savoir que ce que je partage ici ou dans la newsletter te donne à réfléchir et à faire « un pas de côté », c’est vraiment la raison pour laquelle j’écris !
      Je te rejoins, ça vaudrait le coup de creuser encore davantage les différents rôles, et notamment celui de l’explorateur, tellement peu reconnu dans certaines structures ! En tout cas, ce que tu apportes en complément ici me parle complètement !
      Et un grand MERCI aussi de participer à diffuser l’approche de La forêt qui pousse

  3. Céline B sur 18 septembre 2020 à 10:51

    C’est vraiment très intéressant comme description de ce qui peut se passer pour un projet en partant du point de vue des rôles et complémentaire aux conseils qu’on peut lire sur la mise en œuvre d’un projet ! De mon côté je dirai que le rôle de pionnier ne m’attire pas, je n’ai pas souvenir de l’avoir pris. En revanche je me reconnais dans les 3 autres rôles : un peu organisatrice, parfois exploratrice et souvent gardienne ! J’ai expérimenté l’un ou l’autre selon les projets que j’ai mené et je comprends mieux ce qui s’est joué ! Merci Lidy pour cet éclairage !

    • Lidy Zulke-Trokhatcheff sur 20 septembre 2020 à 2:47

      Coucou Céline, merci pour ton commentaire qui me fait chaud au cœur ! Je suis ravie que mon observation te parle aussi, et qu’elle éclaire mieux tes expériences !

Laissez un commentaire





Avertis-moi par mail si quelqu'un répond à mon commentaire. Tu peux également t'inscrire sans commenter.

adipiscing Aenean elit. ipsum libero id id, felis Aliquam venenatis vulputate, Phasellus
0 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez
Partagez